top of page
Fondlogo.png
C'est quoi le trouble de la personnalité borderline, BorderAttitude

Le trouble de la personnalité borderline,
qu'est-ce que c'est ? 

Souces

⚠️ J'ai été diagnostiquée en avril 2023 comme ayant le trouble de la personnalité borderline à l'âge de 28 ans & je ne suis pas une professionnelle de la santé

Si tu préfères, tu peux aussi décider de m'écouter, j'explique ce qu'est le trouble de la personnalité borderline et je te donne mon témoignage dans différents médias par ici !

 

Définition du trouble

D'après la dernière version révisée du DSMle trouble de la personnalité borderline (TPB) se définit comme « un schéma omniprésent d’instabilité dans les relations, l’image de soi, les humeurs, le comportement et l’hypersensibilité à la possibilité du rejet et de l’abandon ».

Les critères 

Afin que le diagnostic du TPB soit établi, cinq des neufs critères suivants doivent être présents :

  1. Des efforts désespérés pour éviter labandon et/ou le rejet ; réel ou imaginé.

  2. Des relations instables et intenses qui alternent entre l’idéalisation excessive et la dévalorisation de l’autre.

  3. Une image de soi-même et de son identité qui change fréquemment (Exemples : changement soudain d'idées et de projets concernant une carrière, identité sexuelle, type de fréquentations,...).

  4. Des agissements de façon impulsive dans au moins deux domaines susceptibles de se nuire (Exemples : pratiques sexuelles à risque, boulimie ou conduite dangereuse, toxicomanie, alcool ou drogue, dépenses,...).

  5. Des comportements suicidaires y compris en tentant ou en menaçant de se suicider et de se faire du mal ; ou de l'automutilation.

  6. Des rapides changements d’humeur, qui ne durent généralement que quelques heures et rarement plus de quelques jours (Exemples : dysphorie épisodique intense, irritabilité, anxiété, euphorie,...)

  7.  Des sentiments persistants de vide.

  8. Une colère inappropriée et disproportionnée ou des difficultés à contrôler sa colère.

  9.  Des pensées paranoïaques (idéation persécutoire) ou des symptômes dissociatifs sévères (sentiment d’irréalité ou de détachement par rapport à soi-même), déclenchés par le stress.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le TPB s'exprime de façon différente d'un individu à un autre mais l'instabilité et la difficulté à contrôler ses émotions fortes sont les deux caractéristiques communes à toutes les personnes qui en souffrent.

En plus des différents symptômes propres au trouble de la personnalité borderline, il est nécessaire que : 

  • ces fonctionnements dans lesquels le patient se reconnait ne surviennent pas exclusivement pendant l'évolution d'un autre trouble mental (qui pourrait ainsi potentiellement faire ressentir ces symptômes) ;

  • ces fonctionnements ne sont pas dus aux effets physiologiques d'une substance (drogue ou médicament) ou d'une affection médicale générale ;

  • ces fonctionnements dans lesquels le patient se reconnait sont des manifestations d'un mode général d'instabilité des relations interpersonnelles, de l'image de soi et des affects avec une impulsivité marquée qui était décelable au plus tard à l'adolescence ou au début de l'âge adulte.

Tu te reconnais dans certains de ces traits ? 

Si tu t'es reconnu à travers la description des symptômes évoqués plus haut, un diagnostic doit impérativement se faire. Je t'invite à contacter un.e psychiatre ou un.e neuropsychologue spécialisé.e dans la prise en charge des patients borderlines. 

En aucun cas tu ne peux te fier à tes impressions car il est possible que le nombre et l'intensité des symptômes dont tu souffres ne justifient pas le diagnostic de la personnalité borderline. Seul.e un.e professionnel.le de la santé sera à même de le savoir et de t'aider. Iel te posera les questions adéquates afin de savoir si tu présentes ce trouble ou non. 

Un diagnostic est long et coûteux, je te l'accorde. C'est pourquoi je t'invite, si tu le désires, à d'abord consulter un.e psychologue si tu te sens en détresse émotionnelle ou si tu as des difficultés. En fonction de ta localité, tu peux te renseigner sur comment obtenir une aide financière dans ta région.

Un.e psychologue peut être une première étape au diagnostic, une forme de prévention secondaire où tu pourras te sentir soutenu.e. et suivi.e et non laissé.e à toi-même en attente d'un diagnostic.

Si tu as été diagnostiqué.e comme ayant un trouble de la personnalité borderline ou autre, rappelle-toi qu'un trouble ne te définit pas. Oui, c'est important, mais tu es bien + que ça 💕

Causes du trouble 

Les causes ne sont pas (encore) bien connues. 

Le trouble serait le résultat de la combinaison de facteurs qui s’additionnent pour favoriser le trouble :

  • une prédisposition génétique et des facteurs biologiques : on retrouve une augmentation de la réactivité de l’amygdale (une zone du cerveau impliquée dans les émotions) et des modifications au niveau des neurotransmetteurs cérébraux.

  • des évènements de vie difficiles ou des évènements traumatisants (qui sont différents d’une personne à l’autre avec par exemple : de la maltraitance physique ou sexuelle, des négligences, la perte d’un parent dans l’enfance). 

Trouble borderline et hypersensibilité

Nous avons vu que les personnes souffrant du TPB peuvent avoir des difficultés à maintenir des relations stables et peuvent ressentir une grande instabilité émotionnelle.

 

Elles peuvent également présenter des caractéristiques d'hypersensibilité émotionnelle. Cela pourrait se manifester par des réponses émotionnelles plus intenses aux événements, une sensibilité accrue aux critiques, et une réactivité émotionnelle rapide. Néanmoins, il est essentiel de noter que l'hypersensibilité n'est pas spécifique au TPB et peut être présente dans d'autres troubles ou chez des personnes sans trouble psychologique car liée à des facteurs tels que la personnalité ou les expériences de vie. 

 

Rappelons qu’alors que le trouble de la personnalité borderline est un trouble mental, l’hypersensibilité n’est pas un trouble en soi mais plutôt une caractéristique qui peut varier d’une personne à l’autre. 

 

Si des préoccupations de santé mentale surgissent, il est recommandé de consulter un·e professionnel·le pour une évaluation appropriée. Pour rappel, l'auto-diagnostic du trouble de la personnalité borderline est à éviter ⚠️

Évolution du trouble

 

Le trouble ne se guérit pas. Néanmoins, un nombre important de symptômes diminue avec le temps et, avec l'âge, la grande majorité des personnes concernées par le trouble borderline n’a plus le nombre suffisant de critères pour être encore diagnostiqué.

Comment se soigner ?

La psychothérapie est le traitement recommandé et efficace pour soigner le trouble de la personnalité borderline. La majorité des personnes vont mieux et ont une amélioration des symptômes avec un suivi psychiatrique ou psychologique bien conduit.

La psychothérapie se fait avec un.e psychologue ou un.e psychiatre. Avant d’entamer une psychothérapie pour le trouble de la personnalité borderline, assure-toi que le.la professionnel.le de santé dispose d’une formation spécifique validée par un organisme reconnu. Il est également important que tu te sentes en confiance avec iel. 

Deux psychothérapies ont particulièrement fait leur preuve quand il s'agit de soigner le trouble de la personnalité borderline : 

  • la Thérapie Comportementale Dialectique (TCD), développée par le professeur Marsha Linehan. Cette méthode thérapeutique s’appuie sur une « dialectique » acceptation-changement. Cette philosophie va conduire le patient, d’une part à développer les capacités d’acceptation de son vécu tel qu’il est dans le moment présent (acceptation) et, d’autre part, à s’engager dans des comportements qui visent à transformer ce vécu et améliorer sa situation (changement).

  • la Thérapie des schémas de Young, créée par le psychologue Jeffrey Young. La thérapie repose sur une combinaison de techniques cognitives, émotionnelles et comportementales, combinaison qui vise la désactivation de schémas inadaptés (parmi lesquels nous retrouvons par exemple l’abandon, le manque affectif, l’imperfection,…). Ces schémas, quand ils sont activés, provoquent chez les personnes des réponses cognitives, émotionnelles ou comportementales excessives et inadaptées.

La psychothérapie est efficace mais il ne faut pas vous attendre à des améliorations et à des changements rapides. Changer et aller mieux est difficile et prend du temps et il ne faut donc pas perdre espoir. On estime qu'après 2 ans de psychothérapie, il y a déjà une belle évolution.

Mais attention, chaque personne est différente !

Courage et sois patient.e 💪❤️ Et n'oublie pas de communiquer avec tes proches si tu le peux !

Et les médicaments dans tout ça ? 

 

Il n’existe pas de médicament qui guérisse le trouble de la personnalité borderline.

Cependant des médicaments peuvent avoir une efficacité sur certains symptômes comme l’anxiété, l’impulsivité, l’instabilité des émotions, la colère, les idées de persécution. Ils peuvent également aider à traiter une maladie psychique associée au TPB comme la dépression. En fonction des cas, les médicaments les plus souvent prescrits sont les antidépresseurs, les neuroleptiques, les anxiolytiques, ou les régulateurs de l’humeur. 

Si tu sens que tu n'en peux plus, consulte ton.ta médecin généraliste afin de voir comment tu peux être pris.e en charge le plus rapidement possible ! Et surtout, ne reste pas seul.e : communique avec tes proches !

✨ TU ES IMPORTANT.E ✨

D'autres pistes pour aller mieux ? 

Prends soin de toi de ton mental comme de ton corps ! 🧠🧘

 

Tu peux par exemple : 

  • pratiquer une activité physique qui te plait ;

  • tenter d'avoir un sommeil régulier et une alimentation saine ;

  • chercher une activité qui peut t'apaiser en cas de crise (Exemples : écouter de la musique ou se concentrer sur sa respiration) ;

  • essayer la méditation, le yoga ou la sophrologie ;

  • stimuler ton nerf vague afin d'harmoniser tes fonctions internes via des exercices naturels ;

  • lire des livres de développement personnel pour mieux te connaître ;

  • écrire dans un journal ou parler à tes proches afin d'extérioriser tes pensés envahissantes

  • lire mon blog qui, je l'espère te donnera plein d'outils pour t'aider à te sentir mieux et t'inspirer 🌈

Psst : On pourrait penser que je dis ça juste pour le dire mais en c'est fait, c'est vérifié !

Je fais chacun de ces points énoncés plus haut et je me sens vraiment beaucoup mieux ! Je ne les ai pas tous faits du jour au lendemain. Comme toute chose, je les ai apprises au fur et à mesure.

Pourquoi ne pas déjà choisir une discipline et essayer d'être régulièr.e dans cette dernière ? Ce serait un très bon début ! 😊

Que peuvent faire les proches pour aider ?

 

Avant même que le diagnostic n'ait été posé, et ce d'ailleurs au delà du TPB, les proches peuvent pratiquer :

- l'inclusion sociale, effort démocratique pour que tous les citoyens, en situation de handicap ou non, puissent participer pleinement à la société, selon un principe d’égalité de droit.

- la communication non violente, méthode de communication formalisée par Marshal B. Rosenberg. Elle se fonde sur des principes d'authenticité, de bienveillance et de responsabilisation qui peuvent guider nos comportements, faciliter nos interactions, limiter les risques de conflits et ainsi favoriser la santé psychologique en milieu de travail.

- proposer une thérapie familiale au patient diagnostiqué. 

De plus, les personnes concernées par le trouble borderline ont pour la plupart également besoin d'extérioriser leurs pensées envahissantes. Le simple fait d'écouter la personne sans l'interrompre ni la juger aide énormément.

Enfin, une fois le diagnostic posé, il peut être utile pour les proches de se renseigner sur ce qu'est le trouble afin de mieux comprendre le borderline et mieux agir en réaction ; en lisant des articles sur Internet ou en achetant un livre à ce propos par exemple.

 

 

Encore plus de psychologie ! 

 

Borderline : d'où vient ce mot ? 

 

Le mot borderline veut dire « à la limite ». Il est employé car le trouble était, à l’origine, considéré comme « à la limite » entre la névrose et la psychose. On sait maintenant que c’est une maladie clairement définie. On l'appelle trouble de la personnalité borderline (TPB) ou limite (TPL) en français.

Un trouble assez répandu, plutôt féminin ?

D'après les dernières recherches menées à ce sujet, le trouble de la personnalité borderline est relativement fréquent, il touche 1 à 2 % de la population générale. 

Sa fréquence est plus élevée chez les patients présents en hôpital psychiatre :  elles se situe entre 20 et 50 %

De plus, cette maladie est plus fréquente chez la femme que l'homme : 70 % des patients borderlines sont des femmes. Néanmoins, l'humain de sexe féminin a tendance à consulter plus facilement ce qui pourrait expliquer cette différence de pourcentage.

Quelques chiffres supplémentaires 

Selon diverses études recensées au cours des dernières années :

  • 60 à 70 % des personnes atteintes d’un TPB font des tentatives de suicide ;

  • 8 à 10 % des personnes atteintes d’un TPB se suicident.

Le trouble de la personnalité borderline est une maladie psychiatrique grave qu'il ne faut pas prendre à la légère. De nombreux patients sont pris pour des manipulateurs qui tentent de se victimiser. Derrière, il y a un vrai appel à l'aide et un grand besoin de soutien et d'inclusion.

4 types de personnalité borderline

Le psychologue américain Theodore Millon a identifié 4 types de TPB

  1. Type découragé : le borderline partage des caractéristiques avec les troubles de la personnalité dépendante et/ou évitante. Les personnes qui correspondent à ce type ont tendance à s'attacher de façon soumise à une ou deux personnes seulement. Elles se sentent insécures, manquent d'autonomie et craignent l'abandon. Elles ont besoin d'approbation et de se sentir acceptées. Elles ressentent une colère qu'elles tentent souvent de refouler lorsqu'elles sont déçues dans leurs relations.

  2. Type impulsif : le borderline a des points communs avec les troubles de la personnalité histrionique et/ou antisociale. Les personnes appartenant à ce type recherchent la stimulation et l'attention. Elles peuvent agir de manière impulsive et souvent dangereuse sans se soucier des autres ou des conséquences possibles. Elles peuvent passer de l'euphorie à l'abattement lorsque leurs attentes sont déçues.

  3. Type pétulant : le borderline a des traits de la personnalité passive-agressive ou négativiste. Les personnes appartenant à ce type ont tendance à souvent ressentir de l'insatisfaction et de la colère dans leurs relations. Elles peuvent être irritables et impatientes. Elles ont des sautes d'humeur et peuvent être manipulatrices afin de gagner du contrôle.

  4. Type autodestructif : tous les types de personnalité borderline sont parfois autodestructeurs, peut-être jusqu'à l'automutilation. Dans le type autodestructeur, cependant, l'autodestruction joue un plus grand rôle. Ces personnes peuvent abuser de substances ou encore s'adonner à des activités risquées qui procurent de l'adrénaline sans s'y être adéquatement préparées.

Différentes formes de TPB

Il existe plusieurs formes de troubles de la personnalité borderline :

  • forme grave : Autodestruction importante, grande instabilité émotionnelle et impulsivité intense. Comportements à risques dangereux (tentatives de suicide, abus de drogue et d'alcool, automutilations). Les hospitalisations en psychiatrie sont fréquentes.

  • forme légère : Impulsivité et autodestruction moins intenses. Les symptômes sont moins envahissants et l'adaptation sociale est possible. Néanmoins, le sujet borderline passe par des montagnes russes et risques de faire souffrir les proches.

Comorbidités

Si son trouble n'est pas pris en charge assez rapidement, ou même s'il l'est d'ailleurs, le sujet borderline peut souffrir d'autres pathologies psychiatriques comme :

  • les troubles de l'humeur (dépression, dysthymie et troubles bipolaires I et II) ;

  • les troubles anxieux (trouble panique, trouble anxieux généralisé et état de stress post-traumatique) ;

  • les troubles des conduites (abus de substances, alcool, drogues, médicaments et troubles alimentaires) ;

  • d'autres troubles de la personnalité (personnalité évitante, personnalité dépendante et personnalité paranoïaque).

Sources

Articles sur Internet

  • Le DSM est l'abréviation du manuel de diagnostique et statistique des troubles mentaux. Ce dernier a été écrit par un collectif de médecins psychiatres et propose une description et une classification des maladies mentales ;

  • Le CHU Toulouse est un Centre Hospitalier Universitaire situé à Toulouse en France ;

  • Le Centre PEPS-E est un centre de Psychothérapie et Pratiques Spécialisées - Émotions situé à Liège et un des rares centres en Belgique à proposer de la Thérapie Comportementale Dialectique ;

  • L'AFORPEL est l'Association pour la Formation et la Promotion de l'État Limite située à Ancenis en France ;

  • PsychoMédia propose de l'information de qualité dans les domaines de la psychologie et est hébergé au Canada ;

Livres

Types de tpb

Besoin d'informations approfondies sur le trouble de la personnalité borderline (TPB) ?

Découvre l'E-Book ! "Naviguer à travers le trouble borderline" écrit par Fio 

Ton guide complet pour comprendre et gérer le TPB

Explore cet E-Book de 108 pages conçu pour te fournir des informations approfondies et des conseils pratiques sur le trouble de la personnalité borderline (TPB). Que tu sois directement concerné·e par ce trouble ou que tu souhaites en apprendre davantage pour soutenir un·e proche, ce guide complet est là pour t'accompagner à chaque étape !

"J'ai vécu une errance médicale de plus de 10 ans avant d'obtenir mon diagnostic de trouble de la personnalité borderline. Cet E-Book est ce que j'aurais aimé avoir pendant tous ces moments où je me suis sentie seule et incomprise. J'espère qu'il aidera d'autres personnes comme moi."

Workbook - 6 rituels pour cultiver son bien-être face au trouble de la personnalité, BorderAttitude

Fio

bottom of page